Paroles de pros

Ils sont journalistes, rédacteurs scientifiques, chefs de pubs, responsables de projets, web designers… : ceux qui font les médias santé vous parlent de leur vision et de leur métier.

Gilles Noussenbaum

Rédacteur en chef du magazine

Décision & Stratégie Santé

Bonjour Gilles,

De votre expérience dans les médias santé, selon vous, quels sont les plus grands enjeux pour une revue comme Décision & Stratégie Santé pour apporter une information utile et unique à ses lecteurs ?

Décision & Stratégie Santé, bi média, occupe une place spécifique dans les médias santé. Imaginé pour la communauté hospitalière, il est lu à la fois par des médecins, des pharmaciens et des directeurs d’hôpitaux et au-delà par les décideurs du secteur. C’est aussi un outil de décryptage non pas en même temps mais à deux temps. Le premier, avec la newsletter hebdomadaire, privilégie le temps chaud de l’actualité, le fait brut, les acteurs. Le magazine, publié cinq fois par an, en version papier, opte avec sa séquence Think Tank pour le temps long de l’analyse, de la prospective mais aussi de l’histoire. Avec les séquences E Santé , Santé et Environnement, Décision & Stratégie Santé jette un coup d’œil transversal sur les thématiques appelées à bouleverser les pratiques de soin, les prises en charge. Enfin, avec ses grands entretiens culturels, la santé n’est pas réduite à une vision techniciste. Bref, jour après jour, Décision & Stratégie Santé recourt au zoom et au panoramique pour mieux regarder l’actualité.

Quelle est votre perception des plus grandes évolutions qui attendent les médias santé dans un futur proche ?

Les médias santé, en dépit des difficultés économiques, sont promis à un bel avenir. Méthode Coué ? Sûrement pas. Face au flux de l’information, on n’a jamais au autant besoin d’opérer une sélection entre le périssable et l’indispensable. Alors que les percées scientifiques sont de plus en plus complexes à appréhender, un travail de médiatisation, d’explication s’avère incontournable. Enfin seuls les journaux médicaux réalisent ce lien entre l’information internationale et locale pour les lecteurs qui disposent d’un temps contraint, happés par leur exercice au quotidien. Mais en attendant ce nouvel âge d’or, ils nous faut affronter les tempêtes actuelles. Après la pluie…

Vous êtes un journaliste chevronné ET un médecin généraliste en activité : comment puisez-vous dans vos deux expériences pour les nourrir mutuellement ?

Ce double regard oblige à la pratique de l’accommodation en permanence. Il a aussi une vertu, celle de ne pas se payer de grands mots creux ou d’envolées lyriques. En permanence, le médecin se préoccupe de son patient, le journaliste de son lecteur. Le généraliste, au lieu de se limiter sa pratique au quotidien, perçoit les mutations à venir. Quant au rédacteur en chef, par le retour au réel opéré par les échanges avec les malades, il conserve un regard critique sur le microcosme. Est-ce cela que l’on appelle gagnant-gagnant ?

Betty Mamane

Directrice des rédactions de

infirmiers.com & cadredesante.com

Bonjour Betty,

Vous avez pris vos nouvelles fonctions depuis le 1er janvier 2022 et vous êtes une journaliste chevronnée de la presse scientifique.

Quel regard portez-vous sur le rôle et l’évolution de la presse santé ?

La crise du COVID a sans aucun doute eu un effet catalyseur ou accélérateur sur la teneur et le mode de diffusion de l’info santé. L’obligation du travail en distanciel a généré, en compensation d’un traitement loin du terrain, une agilité et une inventivité nouvelles avec la création des webinaires, l’essor des échanges en ligne et sur les réseaux sociaux. Avec les limites qui y sont associées : à savoir une déferlante de « fake news » et d’informations erronées. Le réseau social Facebook a ainsi, sur le seul mois d’avril 2020, affiché des avertissements sur 50 millions de publications problématiques[1]. De quoi assoir la légitimité d’une presse experte dont le temps n’est pas celui de l’immédiateté mais celui de la démonstration. Une presse qui doit non seulement se faire le relais d’une actualité riche mais aussi la décrypter au mieux pour répondre à la fois aux attentes des professionnels de santé qui s’y réfèrent mais aussi d’un public plus large et moins averti qui vient chercher l’information à sa source.

Votre parcours dans le journalisme scientifique vous a baignée dans les nombreux secteurs de la santé -hôpital, industrie, recherche… : comment vous servez-vous de cet atout pour traiter de l’actualité des professions paramédicales et de leur environnement ?

J’ai eu effectivement la chance de nourrir mon parcours professionnel en me confrontant tour à tour au monde de la recherche scientifique, avec ses temps longs et ses exigences, celui de la médecine, avec ses difficultés d’exercice et sa force d’ engagement, l’univers hospitalier, ses valeurs et ses missions. Et me voici amenée aujourd’hui à traiter des enjeux de santé à travers le prisme de la profession infirmière, dont la mission se trouve de fait au plus près des patients, au plus près de notre réalité à tous… C’est un défi passionnant que j’espère relever au mieux avec la faculté de mise en perspective qu’à pu me conférer mon expérience.

Pour vous, qu’est-ce qui donne le plus de sens à votre métier ?

Toujours le même désir d’écouter, comprendre et expliquer. Raconter les femmes, les hommes et le monde… en l’occurrence celui de la santé.


[1] https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2020/07/10/medias-et-journalistes-a-l-epreuve-du-covid-19_6045784_3236.html

Retrouvez toute l’actu des professions para-médicales sur infirmiers.com et cadredesante.com

Aurélie Dureuil

Directrice de la rédaction

Le Généraliste

Bonjour Aurélie,

Vous êtes depuis le 1er juin dernier, la nouvelle directrice de la rédaction du Généraliste, le journal de référence des médecins généralistes.

Quel regard portez-vous sur les tendances en matière de presse santé ?

Le contexte sanitaire des derniers mois a mis la santé au cœur des préoccupations des Français. Les médias grand public ne passent plus un jour sans traiter d’un sujet santé. La presse spécialisée a elle cet enjeu d’accompagner les acteurs du secteur de la santé qui sont en première ligne en leur apportant de l’information fiable et pointue.

Vous êtes issue d’une culture très digitale : comment vous servez-vous de cet atout pour traiter de l’actualité des médecins et de leur environnement ?

Le numérique est aujourd’hui présent dans la vie de tous les jours. Un médecin ne pose pas son smartphone quand il entre dans son cabinet pour revenir au téléphone à cadran ! Nous devons suivre cette mutation en faisant en sorte que nos articles soient accessibles quelque soit le mode de lecture : du mobile à l’ordinateur en passant par le magazine papier.

En parallèle, les nouvelles technologies deviennent de nouveaux outils pour le médecin pour la gestion de son cabinet mais aussi pour la prise en charge des patients. Il est important de pouvoir leur fournir de l’information sur les enjeux liés à ces outils numériques.

Pour vous, qu’est-ce qui donne le plus de sens à votre métier ?

J’attache une grande importance à fournir de l’information « utile » aux lecteurs, c’est-à-dire une information qui répond aux problématiques qu’il rencontre au quotidien mais aussi de façon plus ponctuelle, qui lui donne un éclairage sur le contexte social, qui lui apporte les dernières actualités médicales…

Le Généraliste a cette force d’allier l’actualité aussi bien socio-professionnelle que médicale, des dossiers qui permettent de faire le point sur une thématique spécifique, ainsi que la formation médicale continue. Mais aussi de mettre en lumière les professionnels et leurs initiatives et d’être catalyseur d’échanges sur le site internet et dans ses pages.

Ce nouveau challenge sera-t-il l’occasion de faire évoluer la ligne éditoriale de ce titre ?

En effet, c’est prévu ! Mais chuuuut… c’est en préparation, je vous en reparle bientôt.

Retrouvez toute l’actu des médecins sur legeneraliste.fr

We use cookies to improve your experience and to help us understand how you use our site. Please refer to our cookie notice and privacy policy for more information regarding cookies and other third-party tracking that may be enabled.

Created with
Mailchimp Freddie Badge

© 2021 Groupe Profession Santé